À quoi ressemblent les travaux de groupe ?

Travailler en groupe avec d’autres étudiants est obligatoire lors des études universitaires. De nombreux étudiants s’en inquiètent et certains ont de vrais problèmes avec ça.

Les travaux de groupe reviennent souvent dans les questions posées par les étudiants aspies. Certaines personnes trouvent ça vraiment utile pour les aider à développer leurs compétences d’un point de vue social. D’autres personnes ont vraiment eu du mal avec ça, surtout si elles sentent qu’elles fournissent plus de travail que les autres.

À noter qu’il s’agit également d’un problème courant pour les personnes non autistes. Il n’existe pas de moyen parfait de constituer des groupes ou de faire fonctionner correctement les travaux de groupe. Cependant, il est nécessaire de se familiariser avec le travail de groupe.

comment ça fonctionne ?

Quels sont les avantages et les inconvénients des travaux de groupe ?

Quelles sont vos expériences en ce qui concerne les travaux de groupe ? Essayez de vous souvenir des bons moments comme des moins bons. Il est normal de s’en inquiéter si vous avez eu déjà eu des problèmes par le passé, mais appréhender ne sert souvent à rien. Quels sont, selon vous, les bons et les mauvais points des travaux de groupe ?

Quelles sont les forces et faiblesses d’un groupe ?

Tout le monde a son rôle préféré dans un groupe. Certaines personnes sont des leaders naturels et doués pour faire bouger les choses. Certaines personnes sont très créatives et ont tendance à exceller dans la recherche d’idées pour faire bouger les choses. Certains sont brillants pour s’assurer que toutes les notes soient prises et que les réunions soient planifiées. D’autres sont bons à rassembler les gens et à donner à chacun le sentiment de faire partie d’une vraie équipe. Certaines personnes sont plus doué avec les logiciels et font d’excellents diaporamas alors que d’autres sont doués pour parler en public. Chacun à sa place dans un groupe !

Comment former les groupes ?

Il y a des avantages et des inconvénients pour chaque méthode qui permettra de former les groupes. Au travail, vous aurez rarement la possibilité de choisir avec qui vous allez travailler.

Lorsque les groupes sont formés au hasard (ou par des critères telles que le nom de famille), cela peut sembler plus juste. Cependant, vous pouvez aussi vous pouvez vous retrouver avec des groupes très hétérogènes qui n’ont pas un bon mélange de compétences et d’intérêts.

Si l’enseignant crée des groupes hétérogènes avec des niveaux différents, la personne la plus apte et la plus investie peut finir par faire l’ensemble du travail.

Si les étudiants choisissent eux-mêmes leurs propres groupes, cela peut sembler un bon choix au début puisqu’ils vont travailler avec des personnes qu’ils connaissent déjà. Cependant, certains élèves peuvent avoir beaucoup de mal à trouver un groupe et des amis avec qui travailler

Certains étudiants autistes aiment les travaux de groupe, car cela leur permet de travailler avec d’autres personnes autour d’un objectif commun et cela les aide à entretenir des relations sociales et professionnelles. D’autres s’inquiètent beaucoup à ce sujet, mais la plupart des formations exigent des travaux de groupe à un moment donné dans l’année, il est donc préférable d’adopter une approche proactive afin d’en tirer le meilleur parti.

Savoir ce que vous faites et être capable de l’exprimer (sans paraître arrogant) est un élément nécessaire des travaux de groupe. Il est également important de savoir dans quoi vous n’êtes pas doué afin de vous améliorer et de laisser quelqu’un d’autre s’en charger.

Il est préférable d’être très précis. Dites simplement dans quoi vous êtes bon ou moins bon pour que chacun puisse avoir une idée claire de votre apport dans le travail. Personne n’est inutile !

Quelques conseils pratiques :

  • Dites à votre groupe que vous êtes autiste et comment cela vous affecte. Dites-le calmement, sans vous énerver et n’utilisez pas ça comme excuse pour ne pas travailler.
  • Faites une liste avec deux colonnes : dans la colonne de gauche, mettez les choses qui vous inquiètent le plus en rapport avec le travail de groupe et dans la colonne de droite, écrivez comment vous pourriez être en mesure de résoudre ces problèmes.
  • Discutez de cette liste avec une personne de confiance à la maison ou à l’université (parent, tuteur…)

QUELQUES QUESTIONS À SE POSER

Ce sont des sujets dont vous pouvez parler à votre conseiller en handicap et à vos tuteurs.

  • Dire au groupe que vous êtes autiste et comment cela affecte votre travail
  • Tous les membres du groupe doivent dire dans quoi ils pensent être bons et moins bons
  • Définissez des règles de base pour le travail de groupe et les mises en commun (la fréquence à laquelle vous vous rencontrerez, moyen de communiquer…)
  • Organiser des réunions formelles (ou en ligne) pour aider les membres du groupe à se connaître

Quelques questions auxquelles vous pouvez réfléchir et planifier des stratégies :

  • Comment décidez-vous qui est le leader et qui fait quoi ?
  • Comment répartiriez-vous le travail de manière équitable ?
  • Comment empêcher les gens de se distraire et faire le travail sans déranger personne ?
  • Comment faire si quelqu’un ne s’investit pas ?
  • Que feriez-vous si quelqu’un ne parle pas bien le français ?
  • Comment gérez-vous les « deadlines » ?
  • Quand devriez-vous parler au tuteur/responsable des problèmes (s’il y en a) et que devez-vous faire en premier ?
Traduit de l’anglais : « What is group work really like ? » écrit par Penny Andrews pour Autism & Uni